[ Se connecter ]

Publicité

Dernières fiches de films complétées

Kaizoku sentai Gôkaijâ; Ma hou pao; Hvítur, hvítur dagur; Money; M3gan; Il mio nome è vendetta; Hilfe, ich hab meine Freunde geschrumpft; Istanbul Kirmizisi; Cien juz niedaleko; I criminali della metropoli; A tanú; Furia nera; Fermate il mondo... voglio scendere!; The Swimmers; Falla girare; (plus...)

La nuit de décembre, Film, 1940 IMDB

Images fournies par : DidierF

Options d'affichage :

Titres alternatifs :

  • Night in December
  • Dezembernacht (Germany)
  • Notte di dicembre (Italy)

Regarder ou acheter ce titre - Powered by JustWatch

Commentaires sur ce film

Voir tous les commentaires à propos de ce film et de ses véhicules

AuteurMessage

DidierF FR

2014-10-26 08:33

Ce n'est pas très clair : ce film est-il de 1941, 1940 ou 1939 ? Il semble bien avoir été réalisé en 1939, mais n'être sorti qu'en février 41.

C'est…
[Image: vlcsnap-2014-10-26-05h28m50s26.jpg]
(avec article défini, s'il vous paît, contrairement à ce qu'indique IMDb) de Kurt Bernhardt dont nous vîmes il y a peu l'excellent Carrefour.

C'est un drame, baigné de musique classique, avec scènes (excellemment réalisées) de répétitions et de concerts.

Pierre Blanchar joue le grand concertiste qui tombe raide amoureux d'une jeune femme, Renée Saint-Cyr, qui l'aimait déjà. Ils passent une folle nuit puis inexplicablement pour le pianiste, la femme disparaît. Il a beau la rechercher, elle demeure introuvable et les années passent. Nous étions en 1919, nous voici en 1939. Le sévère concertiste prend sous son aile rugueuse mais protectrice un jeune homme bien doué, Gilbert Gil, et lui procure même, par l'intermédiaire du conservatoire, des élèves. De l'une, le jeune homme tombe éperdument amoureux sans que la réciproque soit vraie. Il la présente à son protecteur. Ta-taaam ! C'est le portrait juré de cette jeune femme que le grand pianiste avait connue, une nuit de décembre 1919…

Bon, il y a aussi Jean Tissier, et Bernard Blier (qui va bientôt passer aux premiers rôles — avec Renée Saint-Cyr dans Marie-Martine d'Albert Valentin, d'ailleurs).

J'ai trouvé ça tout à fait bien. Blanchar et Saint-Cyr assurent comme des bêtes et leur couple a priori peu assorti fonctionne parfaitement.

Ma copie étant dégueulasse, es photos que j'en ai tirées sont ignobles, et c'est grand dommage pour tout le monde, moi le premier. Nous aurions pu affirmer sans nous tromper qu'il y avait bien deux Rolls différentes dans le film, et même, qui sait, donner un nom au camion. Acceptez une nouvelle fois mes excuses.

Too bad that, once again, I could only use a very bad copy of this rarity, directed by Kurt Bernhardt, for his last film in France before going to the USA. It's a very good drama, with very good actors. But we can't really judge the cinematography.

Probably two Rolls-Royce in the movie.


Oh, tiens, il me semble bien avoir repéré Dora Doll parmi les jeunes :
[Image: vlcsnap-2014-10-26-07h32m24s74.jpg]
Mais si, Dora Doll, si souvent la pépée du gangster, ou la copine du brave gars qui a un coup dur, dans les films des années 50… Elle aussi, elle a débuté un jour.

Next stop: Australia, 1966.

Ajouter un commentaire

Vous devez vous connecter pour poster un commentaire...

Publicité