[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

Sud pralad; Motorcycle Gang; Ostansya; Barrio Universitario; Raskalyonnaya subbota; 1 Buck; Auntie Lee's Meat Pies; Villaviciosa de al lado; Unnatural; DRAMAtical Murder; The Glass Cage; Quan Zhi Gao Shou; Sweet Home Carolina; Gurozuka; Mu ji zhe; (more...)

Lucky Jo, Movie, 1964 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Gangsterbandens skræk (Denmark)
  • Eddie el gángster (Spain)
  • Puhdasta jälkeä (Finland)
  • Joe mitra (Italy)
  • O homem de chapéu mole (Portugal)
  • Gangster-Eddie (Sweden)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-10-06 04:23

Quote

[Image: deville64lucky018.jpg]

C'est un film de Michel Deville qu'il a écrit avec Nina Companeez dont j'ai dit assez de mal pour me devoir rappeler à quels points les films du début de leur association pouvaient être plaisants.

Celui-ci est du nombre. C'est une histoire tirée du roman de Pierre-Vial Lesou, Main pleine, celle des aventures calamiteuses de Christopher Coett, surnommé par antiphrase "Lucky Jo", qui semble porter la poisse à tous ceux qui le suivent dans ses entreprises (criminelles, car c'est essentiellement un braqueur). Après un prologue qui porte la marque de la lourde main du destin, nous accompagnons Jo (Eddie Constantine) pendant les folles 24 heures qui suivent sa dernière sortie de prison.

Cette fois-ci, personne n'est venu l'attendre. Bien plus, tout le monde semble vouloir l'éviter. Pis encore, alors que cette fois il n'y est pour rien, il se retrouve bientôt soupçonné d'une braquage sanglant puis du meurtre de son ancienne amoureuse Mimi qu'il avait retrouvée (elle ne l'avait pas lâché, moralement parlant) et que son jaloux vient de zigouiller. (Du coup et incidemment, Françoise Arnoul, qui jouait Mimi, disparaît assez tôt du film, ce qui est dommage mais nécessaire). Notre héros va-t-il s'en sortir ? Oui. Mais il va y avoir de la casse.

Et toute sorte de casses (braquages, violences diverses, bagarres à la Lemmy Caution, que les auteurs intègrent dans le film comme supplément obligé-rigolard, poursuites dont une se termine par l'accident… des poursuivants, ce qui est rarement vu.

Il y a tout plein de choses à dire à propos de ce film qui alterne les ambiances — on passe rapidement de la farce à la comédie de mœurs (tout le monde semble avoir des problèmes capillaires) au retour nostalgique, puis à l'action pleine d'adrénaline, puis retour à la comédie, puis, etc.

Mais ce qu'il y a surtout à dire, c'est que les finesses d'écriture sont ici parfaitement au point, que l'interprétation est absolument impeccable, du balourd et touchant Georges Wilson

[Image: deville64lucky036.jpg]

à la belle et déterminée Christiane Minazzoli,
[Image: deville64lucky072.jpg]

(mâtin, quelle belle femme et formidable actrice !), en passant par les seconds rôles, comme le drôlatique Jean-Pierre Rambal

[Image: deville64lucky126.jpg]

ou encore Anouk Ferjac, pour dix minutes absolument gratuites

[Image: deville64lucky209.jpg]
ponctuées par non pas une mais deux bagarres (les combats sont réglés par Claude Carliez) qu'Eddie/Jo remporte haut la main, naturellement (c'est d'ailleurs le seul côté "spoofy" du film).

Quant aux flics, quant on saura qu'ils sont principalement joués par

[Image: deville64lucky241.jpg]
Christian Barbier (le chauve debout à droite sur la photo) et, pardon mais tout de même, Pierre Brasseur commissaire principal (assis) et son fils Claude inspecteur (derrière lui — ont-ils souvent joué ensemble, ces deux-là ? Je ne crois pas du tout et à les voir dans leur duo, on ne peut que s'en bouffer les ongles de regrets), on comprendra, je pense, la jubilation du cinéphage moyen qui découvre ce film.

Alors, bien sûr, il y a quelques petites afféteries agaçantes, par exemple l'abus de zoom et de filé de caméra pour souligner le rythme qui n'en avait nul besoin, mais malgré ça, quel bonheur !


Et puis, il y a
[Image: deville64lucky221.jpg]
Eddie.

(Vous avez noté, à lire les titres à l'étranger ? Son prénom d'acteur était devenu, comme pour Fernandel, un argument de vente.)

None of the manierisms in the filming and editing will cast a shadow over the pleasure we have to watch this frantic action movie, mixed with romance, nostalgia, wit, humour and so many other things all in a single breath. Good job, very good job, Deville and Campaneez! And every and all of your actors!

And now for some traffic lights, rjluna2!

[Image: deville64lucky142.jpg]
[Image: deville64lucky143.jpg]
[Image: deville64lucky148.jpg]
(Orange, red, green.)
Paris, early autumn '64.

rjluna2 US

2015-10-06 13:33

Quote

DidierF wrote And now for some traffic lights, rjluna2!

(Orange, red, green.)
Paris, early autumn '64.

Merci, Didier :)

My comments at Traffic Lights in Internet Movie Car Database.

-- Last edit: 2015-10-06 13:34:11

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising