[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

Scare Package; Padurea îndragostitilor; Visul unei nopti de iarna; Muzi v offsidu; All-American Girl; Leiba zibal; Unsere Penny; Time Trap; La Maladroite; Se iketevo, agapi mou; Hak yuk duen cheung goh II: Mou kei tou ying; Hak yuk duen cheung goh: Chai sang jue yuk; Prica jednog dana; Show Me Your Love; Beograd prestonica Jugoslavije; (more...)

Douze heures d'horloge, Movie, 1959 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • Twelve Hours by the Clock
  • 12 uren tussen hoop en vrees (Titre flamand) (Belgium)
  • Ihr Verbrechen war Liebe (Germany)
  • Il giorno della violenza (Italy)
  • Doze Horas de Angústia (Portugal)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-12-12 12:33

Quote

[Image: radvanyi59-12h01.jpg]

de Géza von Radványi "d'après une idée originale de Boileau & Narcejac", dialogues de René Lefèvre et Jean-Louis Roncoroni (ah, tiens, parlons-en, des dialogues !).

La photo d'Henri Alekan est quelques fois assez belle. C'est tourné aux Studios de la Victorine à Nice, et en extérieurs à La Colle-sur-Loup et Villefranche-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes.

Et c'est à peu près nul. Rien ne tient debout, et les acteurs font n'importe quoi (sauf Lino Ventura qui fait ce qu'on lui demande de faire encore à l'époque). Laurent Terzieff est grotesque (je pèse mes mots). Co-production franco-allemande oblige, on a deux bûches en guise de co-premiers rôles, Hannes Messemer et Eva Bartok. C'est grande pitié d'entendre Gert Fröbe doublé (lui que j'ai entendu s'en sortir très bien en allemand et en français dans Les héros sont fatigués d'Yves Ciampi, 4 ans auparavant) mais de toute façon, il surjoue constamment. Passages étranges de Guy Tréjan en gendarme triste pour le moment comique, et des jeunes premiers oubliés Gil Vidal et Ginette Pigeon (jolie fille, ma foi !) pour le commentaire social et sentimental. Et Suzy Prim, co-productrice, se distribue en quasi-femme fatale, à 62 ans. Bravo.

Bref, tout le monde aboie, Lucien Raimbourg aussi. On rit tout de même, tellement les dialogues sont bêtas et les rôles mal foutus. Mais la palme va à Terzieff, malgré une concurrence allemande serrée.

Pfff… Bon, j'vous la fais pas en anglais.

[Image: radvanyi59-12h12.jpg]

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising