[ Login ]

Advertising

Last completed movie pages

General Commander; Taek 4 rak loph kroth lew; Slap Her, She's French!; I due superpiedi quasi piatti; De Libi; Angel of Mine; Kobiety mafii 2; Kaadhal Parisu; Election; Valeria dentro e fuori; Comrades In Arms; The Untold Story; Jugando con la muerte; Queen of the Road; Play or Die; (more...)

Le président Haudecœur, Movie, 1940 IMDB

Pictures provided by: DidierF

Display options:

Also known as:

  • President Haudecoeur
  • O kyrios eisangelefs (Greece)
  • Mindenért fizetni kell (Hungary)
  • L'ultima chimera (Italy)
  • Perdão de Pai (Portugal)
  • Kad sunce zalazi (Yugoslavia)

Comments about this movie

See all comments about this movie and its vehicles

AuthorMessage

DidierF FR

2015-08-06 03:43

Quote

[Image: drville40prsident02.jpg]

Le générique nous l'annonce lourdement : "Le président Haudecœur / de Roger Ferdinand / Scénario, Dialogue et Direction artistique de Roger Ferdinand". Certes on concède à Robert-Paul Dagan "collaboration technique et découpage", tandis que le montage est de Raymond Leboursier. Le dernier carton nous apprend tout de même que la mise en scène est de Jean Dréville.

Bref, du Roger Ferdinand, id est de la merde, comme nous l'avons appris à nos dépends. Alors, certes, de la merde dans un bas de soie, en tout cas de rayonne, je veux bien le concéder à mon tour. Mais de la merde ampoulée, prétentieuse, mélodramatique jusqu'à la caricature, avec cette petite touche de mépris de classe que le sieur Roger Ferdinand croyait devoir à son public, je suppose. Ici, c'est le personnage de Numès Fils qui écope.

L'action (si on peux dire, tant nous avons affaire à du théâtre filmé, avec les personnages règlementaires, les entrées et sorties réglées exactement comme sur une scène de théâtre, à deux scènes en extérieur près), l'action repose entièrement sur les épaules d'Harry Baur et de Betty Stockfeld.

[Image: drville40prsident27.jpg]

Baur est tel qu'en lui-même, pesant et mélodramatique comme l'a voulu l'auteur, mais capable de tenir son personnage avec ce qu'il faut de nuances, parfois. Betty Stockfeld, l'Australienne de France, joue ici un peu comme pour une pièce de patronage, mais on lui pardonne, sa beauté et son dynamisme nous ont tellement régalé ailleurs, et si souvent.

Et pourtant, que de lignes entend-on à nous faire nous arracher les cheveux, dans ce film où on apprend que Maupassant "donne un écho à nos peines, un cadre à nos rêves"…

Pour le reste, hormis Cecil Grane (le fils) que je voyais pour la première fois, tous les autres sont des roués des planches et font le boulot, malgré leurs rôles écrits à l'emporte-pièce : Jeanne Provost est la sœur vieille fille douloureuse, Chamarat le tonton zinzin mais pas trop, Robert Pizani le curé, Témerson le subordonné cocu, Maupi le valet-jardinier, Numès Fils le subalterne ridicule, Marguerite Deval la commère odieuse et Sonia Gobar la bonniche (accorte).

Quelques extérieurs à Aix-en-Provence — dont un plan répété sur les marches du Palais de Justice, décidément très filmé —, le reste du film a été tourné aux studios Marcel Pagnol, à Marseille.

Deux bagnoles, dont une jolie Viva Grand Sport, je crois (que Stockfeld a beaucoup de mal à maîtriser, c'est involontairement rigolo).

Two cars, among which a nice Viva Grand Sport, I think, in a very heavy melodrama, saved by moments by the actors, Harry Baur and our nice Australian lead lady of France, Betty Stockfeld.

-- Last edit: 2015-08-06 06:39:55

Add a comment

You must login to post comments...

Advertising